Cure de hernie selon la technique de Shouldice (ou Lichtenstein ou PHS) Suite opératoires

Rechercher une information médicale

Cet outil recherche parmi les notices d'information médicale produites par les médecins de l’établissement. CONSEILS : > Tapez une partie de mot (au moins 2 lettres). Alphabétique : un des mots du titre commence par la lettre > Si vous ne trouvez pas, essayez avec l'outil de recherche en haut et à droite des pages (recherche dans tout le site).

Index alphabétique
  • Imprimer
  • Tweet
  • dimanche, 15 août 2010 11:29
  • Dernière modification le lundi, 19 novembre 2012 12:26
  • Écrit par 

    Dr Rémi Houdart

De quoi s'agit-il ?

Il s'agit, vous le savez déjà, de la "réparation", de la restauration d'une anatomie solide de la région inguinale. Après une dissection étendue, bien au-delà des berges de l'incision cutanée que vous voyez, après résection du sac péritonéal, les muscles ont été rapprochés les uns des autres, "recousus", en trois plans superposés, par un fil synthétique qui persistera des années, sinon indéfiniment, ou par l’intermédiaire d’une prothèse, treillis synthétique. Nous avons, comme de nombreux chirurgiens dans le monde, choisi ces techniques, minutieuses, exigeantes, pour la qualité de leurs résultats à court et à long terme. Vous trouverez sur cette feuille quelques informations et conseils pour les suites opératoires, fournis à titre indicatif et général, non pas normatif, bien entendu.

En pratique

Vous quitterez l'hôpital entre la 4e heure et le 2e jour post-opératoire et vous serez revu en consultation par votre chirurgien 2 à 4 semaines plus tard.

Habituellement, la peau est cousue par un fil résorbable qui ne nécessite aucun soin. Il disparaît lui-même en quelques semaines. Parfois, le point d’arrêt, sur la peau, est à l’origine d’une petite inflammation, rougeur locale.

Vous pouvez prendre une douche, plaie à l'air, exposée à l'eau, à partir du 3e jour, ou plus précocement si la plaie est protégée par un pansement occlusif (film plastique étanche).

Attendez une quinzaine pour prendre un bain.

Et après ?

Vous allez avoir mal (un peu ou moyennement) dans la région opérée, surtout aux changements de position (s'asseoir, s'allonger, se lever) pendant une huitaine. Des médicaments contre la douleur vous seront prescrits pour cette période.

Localement, il est fréquent de constater la présence d'une ecchymose (un bleu), qui peut descendre, chez l'homme, dans la racine de la verge, ou de la bourse. De la même façon, et d'autant plus que la hernie était volumineuse et descendait dans la bourse, vous pourrez observer un oedème (gonflement des tissus par de l'eau) local, indolore. Tout cela ne constitue pas une complication et régressera en 8 à 15 Jours.

De façon constante apparaît vers le 7e - l0e jour, une sorte de bourrelet dur, indolore, de l'épaisseur d'un pouce, allongé sous la cicatrice cutanée. Il correspond à la cicatrisation des différents tissus suturés, disparaît totalement, mais en 2,5 à 3 mois. Sa disparition signe l'achèvement de la cicatrisation et vous autorise à reprendre toute activité physique, même de force: la paroi est solide, le risque de récidive presque nul.

Jusque-là, reprenez vos activités physiques progressivement, au fur et à mesure que la douleur locale s'estompe. Habituellement on peut avoir une activité normale vers le 15ème - 20ème jour. Les activités physiques de fond, comme la natation, le jogging, le vélo peuvent être reprises dès le 15 à 20ème jour, sans forcer, en s'échauffant progressivement. Attendez 2 à 3 mois pour des efforts brusques ou très intenses.

Il est très fréquent d'observer dans les suites opératoires une diminution de la sensibilité (hypoesthésie en langage médical) de la bourse, parfois étendue à la racine interne de la cuisse sur un territoire de 5 x 5 cm environ. Cela correspond à la section d'une petite branche nerveuse, inhérente à la dissection que comporte cette technique. Cette hypoesthésie, non gênante, régresse en quelques mois, parfois 2 à 3 ans. Il est rare qu'il s'agisse d'une véritable insensibilité (anesthésie), la sensibilité de cette région étant assurée par plusieurs filets nerveux dont seule une partie est normalement sectionnée pendant l'intervention.

Fumer augmente le risque de complications chirurgicales de toute chirurgie.
Arrêter de fumer 6-8 semaines avant l'intervention élimine ce risque supplémentaire.
Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.

Retour en haut
Site conçu et réalisé par TILD SSII