Polyarthrite rhumatoïde : conjoint

Rechercher une information médicale

Cet outil recherche parmi les notices d'information médicale produites par les médecins de l’établissement. CONSEILS : > Tapez une partie de mot (au moins 2 lettres). Alphabétique : un des mots du titre commence par la lettre > Si vous ne trouvez pas, essayez avec l'outil de recherche en haut et à droite des pages (recherche dans tout le site).

Index alphabétique
  • Imprimer
  • Tweet
  • lundi, 15 mars 2004 15:24
  • Dernière modification le mardi, 07 juillet 2015 18:14
  • Écrit par 

    Dr Marie-Pascale Manet

Cette note explicative a pour objet de répondre simplement à la plupart des questions que vous vous posez. Elle ne prétend pas rendre compte de toutes les situations, parfois complexes, tant en ce qui concerne le diagnostic, I'évolution, les traitements, leurs risques, etc...

VOTRE CONJOINT SOUFFRE D’UNE POLYARTHRITE RHUMATOIDE

1. Qu'est-ce que c'est ?

La PR est un rhumatisme inflammatoire chronique. Elle touche les articulations (d’où le nom « arthrite ») et s’accompagne d’épanchement articulaire. Cet épanchement est agressif pour les articulations et les tissus environnants (le cartilage qui recouvre l’os, l’os, les ligaments et les tendons) et entraînent des destructions. A la longue, des déformations articulaires peuvent apparaître surtout en l’absence de traitement.

La cause de la polyarthrite reste inconnue. C’est une maladie « auto-immune » caractérisée par la présence d’anticorps (facteur rhumatoïde) et de complexes immuns tissulaires qui sont fabriqués par le patient. Elle n’est donc ni une maladie infectieuse, ni une maladie contagieuse, ni une maladie cancéreuse. La PR est le rhumatisme inflammatoire chronique le plus fréquent puisqu’il touche entre 0.3 et 1.5% de la population globale en France. Les femmes sont plus souvent touchées que les hommes (2 à 4 femmes pour un homme). L’âge de début se situe en général vers de 45 ans.

2. Pouvons nous transmettre la maladie à nos enfants ?

La PR n’est pas une maladie héréditaire mais il existe des prédispositions génétiques qui favorisent son développement. A la surface des globules blancs il existe des protéines (HLA) que l’on retrouve plus souvent chez les patients souffrant de PR. Ces protéines sont transmises par les parents. Cependant leurs simples présences ne suffit pas à développer la maladie car il existe d’autres facteurs que l’on ne connaît pas, qui interviennent dans son apparition.

Au final, il n’est donc pas nécessaire de rechercher ces protéines chez votre enfant car leur présence n’aurait aucune valeur pronostique.

3. Mon conjoint peut-elle (il) être déprimée(é) ?

La PR est une maladie entraînant des douleurs chroniques plus ou moins importantes. Cependant, les dépressions « vraies » ne sont pas plus fréquentes que chez les gens non malades. Mais cet état peut provoquer des déprimes, de l’anxiété ou de la tristesse. Votre rôle et celui de l’entourage est très important pour soutenir moralement votre épouse(oux).

Il existe aussi des associations* qui regroupent des malades voulant lutter ensemble contre la maladie. Elles permettent à votre conjoint de se sentir moins seule et de se tenir informer sur la maladie. Ces associations sont en général très utiles. En cas plus grosse difficulté, il ne faut pas hésiter à se faire aider par un spécialiste (psychologue ou psychiatre) pour passer un cap difficile.

4. Y a t’il plus de divorce chez les polyarthritiques ?

Le meilleur soutien des patients souffrant d’une PR reste avant tout le conjoint, la famille et les amis. Même s’il n’existe pas plus de divorce chez les personnes atteintes de PR, la maladie peut retentir sur leur vie familiale. En effet, environ un tiers des patients souffrant de PR se sentent incompris par leur conjoint, ce qui peut avoir des répercussions sur la vie conjugale.

La polyarthrite Rhumatoïde est une maladie longue et douloureuse qui peut retentir sur le caractère des personnes atteintes. Leur meilleur soutien reste la famille et l’entourage. Cependant, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à votre médecin ou à un spécialiste en cas de difficulté plus importante.

Listes des associations :

  • AFLAR : (association française de lutte anti-rhumatismale) : pavillon Layani Hôpital de la Pitié-Salpétrière , 83 boulevard de l’Hôpital 75651 Paris cedex 13. tel : 01 45 83 56 26
  • ARP (association pour la recherche sur la polyarthrite) 4 rue Berteaux Dumas 92200 Neuilly sur seine, tel : 01 46 41 41 00
  • AFP (association française des polyarthritiques) 153 rue de Charonne 75011 Paris. Tel : 01 40 09 06 66
  • ANDAR (association nationale de défense contre l’arthrite rhumatoïde) 21 avenue de Cournonterial 34570 Pignan, tel : 04 67 47 61 76 ; Bât de l’Horloge porte 2, étage 1 Rhumatologie, 184 rue du faubourg Saint-Antoine 75012 Paris, tel : 01 46 28 08 63
  • APF (association des paralysés de France) 17 boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris, tel : 01 40 78 69 00

Bibliographie :

  • Godeau P, Herson S, Piette JC- Traité de Medecine, 3e édition. Ed Flammarion.
  • Kahn M.F, Peltier A.P, Meyer O, Piette J.C- Maladies et syndromes systémiques. Ed Flammarion.
  • Dougados M et al. La polyarthrite Rhumatoïde en 100 questions. Edition 2002. Ed NHA communication.
Télécharger les pièces jointes :
Retour en haut
Site conçu et réalisé par TILD SSII