Curage axillaire

Rechercher une information médicale

Cet outil recherche parmi les notices d'information médicale produites par les médecins de l’établissement. CONSEILS : > Tapez une partie de mot (au moins 2 lettres). Alphabétique : un des mots du titre commence par la lettre > Si vous ne trouvez pas, essayez avec l'outil de recherche en haut et à droite des pages (recherche dans tout le site).

Index alphabétique
  • Imprimer
  • Tweet

Votre chirurgien vous a proposé une intervention chirurgicale appelée curage axillaire. Ce document a pour but de vous expliquer les principes de cette intervention. Il ne remplace en aucun cas le dialogue avec votre chirurgien à qui vous devez poser toutes les questions qui vous préoccupent.

La chirurgie est l’un des traitements de base du cancer du sein. Elle s’intègre dans une prise en charge globale qui associe la radiothérapie, la chimiothérapie et l’hormonothérapie.

QU’EST CE QU’UN CURAGE AXILLAIRE ?

Le curage axillaire consiste à enlever les ganglions lymphatiques situés sous le bras au niveau de l’aisselle du côté du cancer du sein. Ces ganglions sont susceptibles d’être atteints par la maladie. Il est nécessaire de savoir si les ganglions axillaires sont malades pour connaître l’évolution locale de la maladie et savoir quel traitement complémentaire devra être réalisé.

QUELLES SONT LES INDICATIONS DU CURAGE AXILLAIRE ?

Voici les indications principales de curage axillaire :

  • tumeur maligne du sein mesurant plus de 2cm
  • associée à la chirurgie du sein après chimiothérapie ou hormonothérapie première
  • cancer du sein composé de plusieurs tumeurs
  • ganglion sentinelle malade ou échec de détection du ganglion sentinelle

Cette intervention s’intègre dans un programme de soin qui vous sera exposé par votre chirurgien.

AVANT L’HOSPITALISATION :

Le curage axillaire se fait sous anesthésie générale.

Vous serez vue en consultation par un anesthésiste 1 à 2 semaines avant l’intervention chirurgicale. Lors de cette consultation, vous serez informées sur les risques liés à l’anesthésie et la prise en charge de la douleur post opératoire.

Il est indispensable de signaler la prise de médicament contenant de l’aspirine ou ayant une action anticoagulante. Il faut également informer le médecin de l’ensemble des médicaments que vous prenez, de l’existence d’allergie connue et de tous vos antécédents personnels et familiaux. Vous devez également ramener le résultat de la prise de sang prescrite par votre chirurgien.

COMMENT SE DEROULE L’HOSPITALISATION ?

L’entrée à l’hôpital :

Elle a lieu, le plus souvent, la veille de l’intervention.

Vous devez rapporter tous les examens complémentaires en rapport avec l’intervention en votre possession, en particulier votre dernière mammographie, échographie mammaire et/ou IRM mammaire.

Vous serez accueillie par une infirmière du service qui vous installera dans votre chambre et vous donnera toutes les informations pour vous préparez à l’intervention chirurgicale.

L’anesthésiste passera vous voir. Vous devrez être à jeun 6 heures avant l’intervention. Une heure avant l’intervention, une prémédication vous sera donnée à base de tranquillisants et vous serez conduite au bloc opératoire, une perfusion sera posée et l’anesthésie débutera.

L’intervention chirurgicale :

Elle dure environ 60 minutes. Dans la majorité des cas, le curage axillaire est associé à une chirurgie du sein soit conservatrice (tumorectomie) soit radicale (mastectomie).

Il s’agit de retirer environ 10 à 15 ganglions situés dans une zone anatomique précise. Un drain de redon sera mis en place pour drainer la lymphe et le sang. La cicatrice se situe sous l’aisselle ou parfois dans le prolongement de la cicatrice de tumorectomie mammaire. Si une mastectomie est réalisée, le curage axillaire se fait aussi par la même cicatrice.

Après l’intervention :

Vous passerez 1 à 2h en salle de réveil où la surveillance postopératoire sera faite avant de retourner dans votre chambre.

Des médicaments contre la douleur vous seront systématiquement prescrits et seront adaptés à l’intensité de la douleur que vous pouvez ressentir.

La douleur est variable selon les patientes mais en général reste modérée. Après les 24 premières heures, la douleur spontanée est minime et seule persiste une douleur à la palpation de la zone opérée.

Les jours suivants l’intervention, les médecins du service feront la visite tous les jours pour vous examiner et prescrire des soins si nécessaires.

Dès le lendemain de l’intervention : la cicatrice est désinfectée quotidiennement et laissée à l’air libre, la perfusion est retirée et l’alimentation est reprise.

La sortie :

En général, vous resterez hospitalisée 3 à 7 jours après l’opération.

Votre sortie est conditionnée par l’écoulement dans le drain de redon, la cicatrisation et votre état général.

L’ablation du drain se fera sur prescription médicale. Lorsque le drain est retiré et si votre état le permet, vous êtes autorisée à sortir.

La sortie à domicile avec le drain est possible et n’est pas dangereuse. Dans ce cas, la conduite à tenir vous sera clairement expliquée.

Lors de votre hospitalisation, des informations sur les précautions à prendre en cas de curage axillaire vous seront données par les infirmières. Elles vous montreront également des exercices simples à réaliser chez vous avant d’entreprendre les séances de kinésithérapie qui vous seront prescrites par votre chirurgien.

Nous vous remettrons également : une ordonnance d’antalgiques et d’autres médicaments dont des anticoagulants si nécessaires et des consignes pour les soins de cicatrices.

La date de la consultation postopératoire avec votre chirurgien vous sera également donnée. En général, les fils de sutures sont résorbables.

De retour chez vous :

La cicatrice nécessite seulement une toilette soigneuse tous les jours à l’eau et au savon suivie d’un séchage minutieux. Vous pouvez prendre des douches mais nous vous conseillons d’attendre 1 mois avant de prendre un bain ou d’aller à la piscine. Vous pourrez reprendre vos activités quotidiennes mais devrez attendre l’avis du chirurgien en ce qui concerne une activité sportive.

Précautions à prendre après un curage axillaire :

Eviter d’avoir une prise de sang ou une perfusion du côté opéré, mettre des gants pour éviter de se blesser lors des travaux ménagers, mettre un dé pour coudre, être prudente lors de manucures, se désinfecter soigneusement en cas de blessure, consulter son médecin traitant au moindre signe d’infection en cas de blessure, éviter le port de lourdes charges.

QUELS SONT LES RISQUES ET LES COMPLICATIONS DU CURAGE AXILLAIRE?

Dans la majorité des cas, le curage axillaire est une opération courante et simple.

Mais toute intervention chirurgicale présente un risque de complications que nous ferons en sorte de traiter ou de prévenir.

Pendant l’intervention :

Une plaie des vaisseaux axillaires ou des nerfs du grand dentelé et du grand dorsal sont exceptionnelles et doivent être prises en charge de manière spécifique.

Exceptionnellement, une hémorragie per-opératoire grave menaçant le pronostic vital conduira à la réalisation d’une transfusion sanguine ou de dérivés de produits sanguin.

Les complications postopératoires précoces :

Elles sont rares et nécessitent une prise en charge spécifique.

  • La lymphocèle : c’est une poche de lymphe qui se forme sous la cicatrice après ablation du drain. Elle peut nécessiter une ou plusieurs ponctions évacuatrices. Lors de votre hospitalisation, il vous sera remis un numéro de téléphone à appeler en cas de besoin.
  • Des troubles de la sensibilité de la face interne du bras : ils viennent de la section de nerfs perforants pendant l’intervention. Cette diminution de la sensibilité de la face interne du bras peut durer 6 à 12 mois. Parfois, elle persiste plus longtemps.
  • Des douleurs ou une raideur de l’épaule : elles sont habituelles en postopératoire et tendent à disparaître avec le temps. Si ce n’est pas le cas, il est important de le signaler à votre chirurgien car une rééducation précoce du bras ou de l’épaule peut permettre de les soulager ou de les faire disparaître.
  • L’hématome : c’est une collection de sang dans la zone opérée qui peut parfois nécessiter une reprise chirurgicale.
  • L’abcès : c’est une infection du site opératoire qui peut conduire à des soins locaux mais aussi parfois à une reprise chirurgicale.
  • Une désunion de la cicatrice est possible et implique des soins locaux.
  • Phlébite et embolie : elles sont prévenues par le port de bas de contention et un traitement anticoagulant. Les prescriptions seront faites lors de la consultation d’anesthésie.

Les complications tardives du curage axillaire :

  • Le lymphoedème ou « gros bras »: c’est une complication rare. Il s’agit de l’augmentation de volume du bras qui vient de la diminution de la circulation lymphatique après curage axillaire. Pour réduire le risque de voir apparaître un lymphoedème il existe des précautions à prendre à vie. Nous les avons déjà citées plus haut.
  • Les séquelles fonctionnelles : parfois, une douleur ou une raideur de l’épaule peuvent persister et altérer la qualité de vie des patientes. La kinésithérapie permet de prévenir cette complication et de soulager les patientes. Nous avons également la possibilité de vous mettre en relation si besoin avec des médecins spécialistes des traitements antidouleur. Parlez-en à votre médecin, il saura vous conseiller.

En postopératoire, en cas de fièvre, d’écoulement important, de douleurs notoires en particulier dans les mollets ou de tout autre symptôme, il faut informer votre médecin.

QUEL TRAITEMENT COMPLEMENTAIRE DEVRA ETRE REALISE ?

Le curage axillaire s’intègre dans un programme de soin qui vous sera exposé par votre chirurgien. Dans le cancer du sein, des traitements complémentaires comme la radiothérapie, la chimiothérapie et l’hormonothérapie peuvent être nécessaires. Sauf exception, si les ganglions axillaires lymphatiques sont atteints par la maladie, une chimiothérapie est indiquée. Dans tous les cas, ces traitements sont décidés et proposés de manière collégiale après discussion de votre dossier avec les résultats définitifs d’analyse histologique lors de notre réunion de concertation pluridisciplinaire hebdomadaire qui réunit au moins un chirurgien, un radiothérapeute et un oncologue médical.

Lors de la consultation postopératoire, votre chirurgien vous fera part des propositions thérapeutiques vous concernant. Les rendez-vous nécessaires à la mise en place du traitement complémentaire avec un radiothérapeute et/ou un oncologue auront été également prévus.

Numéros de téléphone utiles :

Consultations externes en sénologie (site Reuilly) : 01 44 74 10 20

Ligne directe Unité de pathologie mammaire : 01 44 74 28 90
E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Secrétariat médical de gynécologie :
De 8h30 à 17h30 : 01 44 74 10 28
La nuit et les WE : 01 44 74 11 04

Télécharger les pièces jointes :
Retour en haut
Site conçu et réalisé par TILD SSII