La gastrostomie percutanée endoscopique (GPE)

Rechercher une information médicale

Cet outil recherche parmi les notices d'information médicale produites par les médecins de l’établissement. CONSEILS : > Tapez une partie de mot (au moins 2 lettres). Alphabétique : un des mots du titre commence par la lettre > Si vous ne trouvez pas, essayez avec l'outil de recherche en haut et à droite des pages (recherche dans tout le site).

Index alphabétique
  • Imprimer
  • Tweet
  • vendredi, 19 août 2016 10:21
  • Dernière modification le vendredi, 02 septembre 2016 11:55
  • Écrit par 

    Dr Sylvie GRIMBERT

Qu’est-ce qu’une gastrostomie percutanée endoscopique (GPE) ?

Certaines pathologies empêchent de se nourrir et/ou de s’hydrater convenablement.

C’est le cas lorsqu’il existe un obstacle sur le trajet des aliments (bouche, gorge, œsophage) ou une difficulté à la déglutition.

La pose d’une gastrostomie percutanée endoscopique (GPE) peut alors être nécessaire. La GPE permet de mettre en place, par les voies naturelles, une sonde dans l’estomac qui ressort à travers la peau de l’abdomen entre les côtes et le nombril.

Selon les cas, après la pose de la sonde, le patient pourra continuer à manger et à boire par la bouche.

Avantages de la gastrostomie percutanée endoscopique

La gastrostomie percutanée endoscopique est un geste simple et rapide dont la réalisation présente peu de risques.
La sonde de gastrostomie peut facilement être dissimulée sous les vêtements et est donc invisible pour les autres.
Le plus souvent, le geste est réalisé sous anesthésie générale.

Préparation pour la gastrostomie percutanée endoscopique

Avant la pose de la sonde, une consultation avec un médecin anesthésiste aura lieu. Il pourra répondre à toutes les questions concernant l’anesthésie. Il peut recommander la suspension d’un éventuel traitement anticoagulant ou antiagrégants plaquettaire selon les antécédents du patient.
Le jour de la pose, il faut être à jeun strict (sans boire, ni manger, ni fumer) depuis 8 heures, prendre une douche avec un savon antiseptique, faire un bain de bouche avec une solution antiseptique, faire si besoin un rasage de la paroi abdominale à la tondeuse.

Déroulement de la gastrostomie percutanée endoscopique

L’infirmier mettra en place une perfusion dans une veine du bras afin de pouvoir injecter le produit anesthésique et un antibiotique à titre préventif qui a pour but de diminuer le risque d’infection. Le geste est réalisé dans des conditions d’asepsie chirurgicale au bloc opératoire en présence d’un médecin anesthésiste-réanimateur.

Cette technique utilise un endoscope. Celui-ci est introduit par la bouche et poussé jusque dans l’estomac. Il permet de vérifier l’état du tube digestif et de repérer le point de la paroi abdominale où va être posée la sonde. A ce niveau, l’opérateur fait une courte incision de la peau au bistouri puis une ponction de l’estomac qui permet d’en faire sortir la sonde.

La sonde n’est pas fixée à la peau avec des fils, elle est maintenue en place par 2 collerettes de part et d’autre de la paroi.

Complications potentielles de la gastrostomie percutanée endoscopique

Tout acte médical, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et de la réglementation en vigueur, expose à un risque de complication.

Les complications les plus fréquentes de la gastrostomie percutanée endoscopique sont :

  • L’infection de l’orifice dans les jours qui suivent sa mise en place. Toutes les précautions sont prises pour limiter ce risque : antibiotique, désinfection du champ opératoire, conditions de stérilité pour la pose et pour la réalisation du pansement.
  • La douleur : elle peut être plus ou moins importante. Des antidouleurs sont prescrits de façon systématique pour la limiter.

Les autres complications sont extrêmement rares et certaines peuvent nécessiter une intervention chirurgicale :

  • La blessure d’un segment digestif
  • L’hémorragie : une nouvelle endoscopie pour stopper l’hémorragie ainsi que des transfusions de sang ou de dérivés sanguins sont parfois nécessaires.
  • La péritonite : elle peut survenir en cas de fuite de liquide entre la peau et l’estomac.

D’autres complications liées à l’anesthésie générale sont possibles.

Toutes ces complications apparaissent le plus souvent au moment du geste, mais peuvent également se révéler quelques jours après l’intervention (douleurs abdominales et du thorax, vomissements de sang rouge ou noir, selles noires, fièvre, frissons ...).  Il est alors très important de contacter rapidement un médecin.

Recommandations après la pose

Il faut rester hospitalisé pendant 12 à 48h dans les suites de l’intervention pour surveillance, pour débuter la nutrition entérale et éventuellement pour apprendre au patient ou à son entourage à administrer la nutrition.

Pendant une à deux semaines, le pansement sera refait tous les jours par une infirmière en utilisant un antiseptique.

Ensuite, le pansement pourra être fait 3 fois par semaine. Après un mois, l’orifice est généralement cicatrisé. Il n’est alors plus nécessaire de faire des soins antiseptiques et un nettoyage quotidien à l’eau et au savon suffit.
Les douches sont possibles sans protection et les bains également en protégeant la sonde avec un pansement imperméable.

 

La gastrostomie percutanée endoscopique (GPE)

Retour en haut
Site conçu et réalisé par TILD SSII