Changer une prothèse de genou

Rechercher une information médicale

Cet outil recherche parmi les notices d'information médicale produites par les médecins de l’établissement. CONSEILS : > Tapez une partie de mot (au moins 2 lettres). Alphabétique : un des mots du titre commence par la lettre > Si vous ne trouvez pas, essayez avec l'outil de recherche en haut et à droite des pages (recherche dans tout le site).

Index alphabétique
  • Imprimer
  • Tweet
  • mardi, 27 décembre 2016 13:22
  • Dernière modification le mardi, 27 décembre 2016 14:09
  • Écrit par 

    Dr Simon MARMOR

Pourquoi changer une prothèse de genou ?

Que ce soit après un certain nombre d’années ou seulement quelques temps après la pose de votre prothèse, votre genou peut être à nouveau douloureux, raide ou instable.

La première étape consiste à identifier la cause de vos symptômes, souvent à l’aide d’examens complémentaires (radiographies, ponction à visée bactériologique…). Il faut idéalement disposer du compte rendu opératoire et des radiographies réalisés quelque temps après l’implantation de la prothèse afin de les comparer aux radiographies actuelles.

Si une anomalie est identifiée, un changement de la prothèse vous sera proposé. Dans le cas contraire, il est souvent préférable de s’abstenir d’une reprise chirurgicale aux résultats aléatoires.

Diverses situations peuvent aboutir au remplacement de votre prothèse :

  • La prothèse ne tient plus à l’os : C’est le cas le plus fréquent. Après un certain nombre d’années, la prothèse peut ne plus adhérer à l’os. Les douleurs réapparaissent.

tibia femoral prothese genou 3

 Descellement tibial et fémoral d’une prothèse totale du genou

 

  • La prothèse est infectée : Une ponction de l’articulation est nécessaire pour identifier un éventuel microbe. Son traitement nécessite des antibiotiques et le remplacement de la prothèse. L’hôpital dispose d’une unité médico-chirurgicale spécialisée pour le traitement des prothèses infectées, labélisé « Centre de Référence en Infection Ostéo-Articulaire ».
  • Les pièces sont mal positionnées ou de taille inadaptées : Ces anomalies sont sources de douleurs ou de raideur du genou.
  • Les ligaments ne tiennent plus la prothèse : Le genou est instable. La prothèse peut être alors remplacée par une prothèse à charnière, qui remplace les ligaments défectueux.
  • Les anomalies rotuliennes : Si le cartilage rotulien n’a pas été enlevé et qu’il est 
  • source de douleurs, une pièce en plastique (polyéthylène) peut être implantée sous la rotule. Si la rotule est luxée et ne glisse plus dans son rail au centre du genou, des interventions plus complexes de recentrage peuvent être proposées.
  • Le composant en polyéthylène est usé : Ce cas est finalement assez rare mais peut être à l’origine de douleurs après un certain nombre d’années.

usure 3Usure et faillite ligamentaire d’une prothèse totale du genou

L'opération et les suites...

5

Le changement d’une prothèse de genou est plus complexe que la mise en place d’une première prothèse. En effet, les dégâts causés par l’usure ou l’infection de l’ancienne prothèse, tout comme les gestes nécessaires à son extraction, peuvent entraîner des dégâts osseux ou ligamentaires compliquant l’implantation d’une nouvelle prothèse.

 Le chirurgien dispose alors de prothèses de reprise, souvent plus massives, permettant de palier à des ligaments défectueux et de combler des pertes de substances osseuses. Dans certains cas, une greffe osseuse sera réalisée. Si la rotule est trop abimée, il n’est alors techniquement plus possible d’y remettre un implant.

 

 

prothese revision 3

 

 

 

 

 Prothèse de révision

 

 

Selon les gestes réalisés pendant l’intervention, selon la qualité des muscles, des ligaments et des os, des consignes spécifiques de rééducation vous seront indiquées par votre chirurgien. Dans certains cas, la reprise d’un appui complet sera différé de quelques semaines, le port d’une attelle sera prolongé ou la flexion limitée dans un premier temps.

 

livret vivre prothese genouB

 

L’intervention étant plus délicate, la récupération est souvent plus longue que lors d’une première implantation et le résultat définitif est rarement obtenu avant 12 mois d’évolution. La période de rééducation nécessite, comme après l’implantation de la première prothèse, une réelle implication du patient qui doit à la fois respecter les consignes de rééducation et répéter plusieurs fois par jour les exercices d’assouplissement et de renfort musculaire. Certains exercices sont similaires à ceux proposés dans le livret « Vivre avec une prothèse du genou ».

 

 

Télécharger les pièces jointes : Changer une prothèse de genou

Retour en haut
Site conçu et réalisé par TILD SSII