DOIGT A RESSAUT

Rechercher une information médicale

Cet outil recherche parmi les notices d'information médicale produites par les médecins de l’établissement. CONSEILS : > Tapez une partie de mot (au moins 2 lettres). Alphabétique : un des mots du titre commence par la lettre > Si vous ne trouvez pas, essayez avec l'outil de recherche en haut et à droite des pages (recherche dans tout le site).

Index alphabétique
  • Imprimer
  • Tweet
  • vendredi, 17 février 2017 15:08
  • Dernière modification le vendredi, 17 février 2017 15:12
  • Écrit par 

    Dr Blandine MARION 

De quoi s’agit-il ?

doigt ressaut

Le doigt à ressaut correspond à un conflit entre les tendons fléchisseurs d’un doigt et une poulie (anneau fibreux renforçant la gaine des tendons qui assure le maintien des tendons contre l’os). Le diamètre des poulies est inextensible et conçu pour être exactement ajusté au diamètre des tendons le traversant.

En cas d’épaississement des tendons (synovite, ténosynovite) ou en cas de kyste de la poulie, il va se produire un conflit à l’entrée du tendon dans le tunnel que forme la poulie. Les tendons ne coulissent plus normalement et réalise un accrochage lors de la flexion-extension. Le doigt peut parfois rester bloqué en flexion et nécessite de s’aider de l’autre main et de le débloquer.

Il s’agit d’une affection sans gravité mais parfois très invalidante et douloureuse dans la vie quotidienne. L’examen clinique permet souvent de palper un accrochage douloureux et parfois un kyste.

 

Faut-il toujours opérer ?

Dans les formes débutantes et peu gênantes on peut essayer une infiltration (qui peut être répétée 3 fois par an).

En cas d’échec ou si l’atteinte est trop ancienne ou trop sévère, une opération est proposée.

Comment se déroule l’intervention ?

L’intervention se déroule en ambulatoire (hospitalisation d’une journée), sous anesthésie loco-régionale.

L’intervention consiste à lever la compression en sectionnant la poulie, qui s’ouvre alors largement et cicatrise en laissant de nouveau la place au tendon.

Quelles sont les suites d’une intervention ?

Il est nécessaire de bouger immédiatement les doigts  afin de lutter contre les adhérences  post opératoires.

Un pansement simple est nécessaire pendant 15 jours, puis la reprise normale des activités est autorisée. La reprise de sport est autorisée dès la troisième semaine post opératoire.

Il faut parfois compléter avec de la rééducation par kinésithérapeute si l’extension et la flexion complète ne sont pas récupérées spontanément après un mois d’auto rééducation.

Quels sont les risques ?

Tout acte chirurgical expose à un risque de complication qu’il faut mettre en balance avec les risques d’absence de traitement.

Les risques communs à toute chirurgie sont l’infection postopératoire, l’hématome, les troubles de cicatrisation et l’algodystrophie. Cette complication rare donne un membre supérieur gonflé, douloureux avec transpiration pendant plusieurs mois, et peut laisser des séquelles à type de douleurs résiduelles, de raideur des doigts ou du poignet.

Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, comporte toujours une petite part d’aléas.

Votre chirurgien est le mieux placé pour répondre aux questions que vous vous poseriez avant ou après votre intervention. N’hésitez pas à lui en parler.

Télécharger la notice d'information médicale "Doigt à ressaut"

Retour en haut
Site conçu et réalisé par TILD SSII