TENDINOPATHIE CALCIFIANTE DE L’EPAULE

Rechercher une information médicale

Cet outil recherche parmi les notices d'information médicale produites par les médecins de l’établissement. CONSEILS : > Tapez une partie de mot (au moins 2 lettres). Alphabétique : un des mots du titre commence par la lettre > Si vous ne trouvez pas, essayez avec l'outil de recherche en haut et à droite des pages (recherche dans tout le site).

Index alphabétique
  • Imprimer
  • Tweet
  • vendredi, 17 février 2017 15:35
  • Dernière modification le vendredi, 17 février 2017 15:39
  • Écrit par 

     Dr Blandine MARION

De quoi s’agit-il ?

 tendinite epauleL’épaule est une articulation complexe. Elle se compose de l’humérus qui s’articule avec la glène de l’omoplate. Les tendons de « la coiffe des rotateurs » s’insèrent tout autour de l’épaule et jouent un rôle dans les mobilités et le centrage de l’articulation.

Ils passent sous un auvent constitué de l’acromion et du ligament acromio-coracoïdien. Avec l’âge, en fonction des activités quotidiennes ou professionnelles, ou si l’acromion est trop épais, les tendons peuvent être « irrités » à l’intérieur de ce auvent et devenir inflammatoires. On parle alors de tendinite de la coiffe des rotateurs.

 

Dans certaines formes de tendinites, un dépôt calcique peut apparaître, on parle alors de calcification tendineuse.

La maladie se caractérise par des douleurs importantes, réveillant souvent la nuit. Les mobilités articulaires sont diminuées du fait de la douleur. Il en résulte un handicap dans les activités de la vie quotidienne, source de gêne fonctionnelle.

Le diagnostic est confirmé par une radiographie standard de l’épaule. Une IRM sera réalisé afin d’éliminer une rupture tendineuse.

Faut-il toujours opérer ?

chir epaule

Le traitement est d’abord médical visant à soulager les douleurs et permettre la rééducation. Le traitement de la douleur associe des antalgiques et des anti-inflammatoires (en dehors de contre-indications). Des infiltrations de corticoïdes associés à un anesthésique local peuvent être réalisées pour diminuer l’inflammation. Les ondes de choc peuvent être tentées, mais leur efficacité est limitée. En cas de calcification bien limitée, une «trituration» peut être discutée. Il s’agit d’un traitement réalisé à l’aiguille, par le radiologue ou le rhumatologue, sous contrôle radiographique ou échographique. Une induration importante de la calcification peut être une cause d’échec.

Le traitement chirurgical ne s’envisage qu’en cas d’échec du traitement médical.

Comment se déroule l’intervention ?

Elle se fait sous arthroscopie (video-chirurgie) au travers de trois petites incisions. La calcification est repérée à l’aiguille puis évacuée par une petite incision au sein du tendon. Une substance à l’allure de craie s’évacue alors..

Quelles sont les suites d’une intervention ?

L’intervention est réalisée en chirurgie ambulatoire (entrée le matin et sortie le soir). L’épaule est ensuite immobilisée dans une écharpe coude au corps à visée antalgique. Un traitement anti douleurs est nécessaire pendant quelques jours ainsi que des soins de cicatrice par une infirmière.

La rééducation est débutée immédiatement. La reprise des activités quotidiennes se fait à partir de la troisième semaine et la reprise du travail à partie de la 6ème semaine (variable selon l’activité exercée).

Quels sont les résultats ?

Les résultats sont généralement bons. L’évacuation est jugée satisfaisante dans la majorité des cas, d’autant plus que la calcification est circonscrite. Les douleurs sont améliorées rapidement et disparaissent dans 90% des cas.

Quels sont les risques et les complications ?

Tout acte chirurgical expose à un risque de complication qu’il faut mettre en balance avec les bénéfices du traitement.

Les complications postopératoires immédiates sont rares.

  •   Hématome qui se résorbe en règle générale tout seul.
  •   Trouble de cicatrisation cutanée. L’évolution est très souvent favorable avec la poursuite des pansements, mais toute anomalie de la cicatrice doit être montrée à votre chirurgien. L’infection profonde est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est fortement déconseillé de fumer avant l’intervention et pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d’infection.
  •   L’algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois, entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur.
  •   Les lésions nerveuses sont exceptionnelles

Votre chirurgien est le mieux placé pour répondre aux questions que vous vous poseriez avant ou après votre intervention. N’hésitez pas à lui en parler.

Télécharger la notice d'information médicale "Tendinopathie calcifiante de l'épaule"

Retour en haut
Site conçu et réalisé par TILD SSII