Imprimer cette page

La récupération améliorée en chirurgie orthopédique.

La récupération améliorée en chirurgie orthopédique.

|||

Le patient devient l'acteur essentiel de sa propre guérison.

LE PATIENT DEVIENT L’ACTEUR ESSENTIEL DE SA PROPRE GUÉRISON. Dès 2014, notre service de chirurgie orthopédique a opté pour une nouvelle approche organisationnelle et pluridisciplinaire de la prise en charge des patients : la récupération améliorée après chirurgie (RAC). Après 5 ans de pratique, notre service en est convaincu : les résultats obtenus au bénéfice des opérés sont réellement probants.

UNE NOUVELLE FAÇON DE PENSER LE PARCOURS OPÉRATOIRE. Concrètement, avec la RAC, le patient devient le centre névralgique de l’ensemble des actions réalisées autour de son parcours de soins pré, péri et postopératoire. Les cinq actions fondamentales orchestrées dans le cadre de la RAC sont : informer le patient; anticiper l’organisation des soins et la sortie du patient ; réduire les conséquences du stress chirurgical ; contrôler la douleur dans toutes les situations ; favoriser et stimuler l’autonomie des patients. L’objectif de cette nouvelle approche est de favoriser  le rétablissement précoce du patient et de lui permettre de retrouver plus rapidement ses capacités après l’opération. La mise en place d’un tel programme nécessiteleseffortscombinésdeséquipes hospitalières et des professionnels de santé de ville… un travail collaboratif pas toujours facile à mettre en place !

" Concrètement, avec la RAC, le patient devient le centre névralgique de l’ensemble des actions réalisées autour de son parcours de soins pré, péri et postopératoire."

DE NOMBREUX BÉNÉFICES POUR LE PATIENT. La mise en place de la RAC dans notre service de chirurgie orthopédique s’est accompagnée, au fil des ans, de multi- ples améliorations. Pour  le  patient,  le  principal  bénéfice  est qu’il retrouve plus vite ses capacités physiques et psychiques, avec chaque année un meilleur taux de retour à domicile en postopératoire immédiat et en parallèle un risque d’infections nosocomiales en  diminution.  La  prise   en   charge   de la  douleur  et  du  stress  a  également   été considérablement optimisée. Les principes de la RAC s’appliquent à tous les patients du service, quels que soient leur pathologie et leur âge.

CONCRÈTEMENT QU’AVONS-NOUS CHANGÉ AVEC LA RAC ? En plus des informations habituelles dé- livrées par les chirurgiens et anesthé- sistes sur l’intervention, des réunions d’information préopératoire, animés par une infirmière ou un kinésithérapeute, sont proposées tous les lundis et mardis aux patients opérés d’une prothèse afin de les préparer à l’hospitalisation et à la convalescence. Une fois hospitalisés, toutes les mesures sont prises pour soulager et anticiper le réveil de la douleur (infiltration analgé- siante per opératoire, cryothérapie, an- ticipation des prises médicamenteuses avant le réveil de la douleur), pour re- conditionner le patient (réalimenta- tion dès le retour en chambre) et pour l’autonomiser (lever précoce le jour de l’intervention, retrait des perfusions et limitation des drainages).

Cette diminution du stress des patients a comme conséquence directe une baisse des actes d’anesthésie secon- daires, demandés le plus généralement par peur de la douleur. Enfin, la mise en place de la RAC se traduit également très concrètement par une diminution des coûts associés aux interventions, et ce au bénéfice de la société : moins de transfusions, moins de bilans sanguins et de perfusions inutiles, moins d'oxygénothérapie... autant de coûts en moins pour la Sécurité Socale !

ET MAINTENANT, QUELLES PERSPECTIVES POUR NOTRE HOPITAL ? Pionnier en chirurgie prothétique et en chirurgie ambulatoire du pied, grâce à des avancées techniques et scientifiques mais aussi à la RAC, notre service de chirurgie orthopédique, accompagné du service d'anesthésie, veut continuer à optimiser ses techniques et protocoles de prise en charge. L'un de ses objectifs est par exemple d'évoluer vers plus d'ambulatoire pour certaines chirurgies de prothèses. De la  même façon, nous souhaiterions élargir à plus de patients l'arrivée en hospitalisation le jour de l'opération et non la veille. Enfin, un projet de mise en place d'une RAC transversale à tous les services est en cours de développement, qui permettra très certaienment à l'ensemble de notre groupe hospitalier de réaliser encore de nouvelles avancées en matière de prise en charge chirurgicale.

Dr Dorick Passeron, chirurgien orthopédiste.

© 2019 - Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon | Hôpital DCSS - Tous droits réservés

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt sur votre ordinateur de cookies

En savoir plus